Quelques jours avant l’arrivée du premier ministre Jean Castex sur sa terre natale de Gers, la marche climat d’Auch a été l’occasion de mettre en avant des luttes locales contre des projets climaticides. 

Environ 200 manifestants ont défilé à Auch à l’appel d’Alternatiba, rejoint par plusieurs mouvements et groupes écologistes dont Génération écologie, Confédération Paysanne, Attac, l’association locale Abivia (Bien vivre en Astarac et en Fezensac) avec la participation de Greenpeace Toulouse. Le président du Conseil départemental du Gers était présent dans le cortège pour affirmer son soutien aux organisateurs, en tant que « citoyen », et non en tant qu’homme politique. Départ devant le Dôme de Gascogne, en soutient aux acteurs du mode culture qui occupent le lieu depuis 55 jours. Les militants ont dénoncé le manque total d’ambition des politiques climat nationales et des projets climaticides locaux qu’ils combattent dont :

  • Projet industriel de méthanisation de Montesquiou et St Arailles, (investissement de 10 millions d’euros pour 2 agriculteurs et une société financière) : 

Si les petites unités de production alimentées par des déchets provenant de l’exploitation agricole assurent son autonomie énergétique, sans impact négatif sur l’environnement, ce n’est pas le cas de ce type d’installation : impact sur le climat via l’émission de gaz à effet de serre, risques sanitaires, environnementaux, pollution des sols, de l’air, de l’eau, des nappes phréatiques, des sources et de la rivière, odeurs nauséabondes jusqu’à plusieurs kilomètres. GRDF a annoncé 10 projets sur un rayon de 40 kms autour d’Auch. Le gaz serait destiné à alimenter la métropole toulousaine.

Alorsque se posent de graves problèmes de déficit hydrique et de qualité des eaux du bassin Adour Garonne, l’approvisionnement de ce type d’installation va induire une concurrence entre les terres vivrières et les terres pour l’énergie.

Abivia réclame un moratoire avec des scientifiques, le CSNM (Comité Scientifique National Méthanisation Raisonnée) , le CNVMch (Collectif National de Vigilance Méthanisation canal historique), le GREFFE (Groupe scientifique de réflexion et d’information pour un développement durable) , les collectifs de riverains, des syndicats agricoles, des associations de protection de l’environnement, de consommateurs…

Source : Abivia

Contact abivia.gers@gmail.com

https://www.facebook.com/ABIVIA-GERS-102112805030028
  • Projet de la zone d’activité économique du Naréoux : non à l’artificialisation des sols !

L’imperméabilisation des sols augmente les risques de crue lors d’épisodes de pluie intense, qui seront de plus en plus fréquents en raison du dérèglement climatique. Le centre-ville d’Auch se vide de plus en plus avec le transfert d’activités vers la périphérie, augmente les déplacements, ce qui engendre des coûts pour la collectivité (entretien des routes, transport,…).

C’est pourquoi cette nouvelle zone n’est pas nécessaire. Mieux valoriser celles existantes qui ne font pas le plein, avec des milliers de mètres carrés disponibles.

On pourrait créer sur cette zone une ferme en régie municipale, qui produirait des légumes pour les cantines de la ville. Ce serait un projet beaucoup plus ambitieux, favorisant à la fois l’activité économique, la préservation des terres, la production locale et les circuits courts. 

Source : Alternatiba.

Voir Non à des politiques du siècle dernier !

 Crédits photos: Alernatiba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *